Profil
Chercher par Tag
Suivez-moi

Naissance en tête à tête

March 30, 2018

 

Après plusieurs jours (et particulièrement cette nuit du 17) de pré-travail : contractions régulières mais peu intenses, nous voilà au matin du lundi 18 septembre.

 

L., notre sage-femme passe comme prévu faire le contrôle à terme +3 : CTG calme, col antérieur et long d’environ 2cm. Cette fin de grossesse étant particulièrement difficile au vue des douleurs dans le bassin qui m’handicapent, nous décidons de tenter un décollement des membranes.

L. ayant de la peine à atteindre le col, elle arrive seulement partiellement à effectuer le décollement.

 

En repartant, elle me dit qu’éventuellement ça pourrait être pour cette nuit et me conseille de prévoir une petite marche en fin de journée pour donner un coup de pouce. Après son départ, je me suis reposée une petite demi-heure puis suis allée chercher N. à l’école.

 

Nous avons mangé en tête à tête avant que Grand-Maman C. ramène L. qui avait passé la matinée et le repas chez elle. J’ai quelques contractions, mais rien de bien sérieux…

 

J’ai ensuite été couché L. pour la sieste et me suis préparée pour partir amener N. à l’école. En passant aux toilettes, je remarque que le bouchon muqueux se trouve sur mon papier, du moins en partie. Il est 13h20 à ce moment-là. Je suis heureuse car même si je sais que l’on peut perdre le bouchon muqueux parfois même plusieurs jours avant la naissance, c’est une étape de plus, un pas de plus vers cet accouchement.

 

J’amène N. à l’école puis en revenant à la maison, j’accueille une amie qui vient m’apporter le réducteur pour le siège auto. Il est 13h45. Nous discutons un moment, j’ai toujours des contractions mais toujours douces, comme la nuit précédente.

 

Vers 14h10, mon amie s’en va et je décide d’aller me coucher un moment pour profiter de me reposer pendant que L. faisait la sieste.

 

En étant couchée, les contractions s’intensifient un peu et deviennent un peu plus régulières. A 14h15-20, j’écris un message à J. en lui demandant d’aller chercher les enfants (N. et M.) à l’école car je me voyais mal aller dans la cour d’école avec des contractions comme ça. J’avais des contractions toutes les 8min environ puis rapidement elles se sont rapprochées. Infos que je lui transmets. Il me demande alors si j’ai besoin qu’il rentre plus vite que prévu auprès de moi. Je lui réponds que c’est tout bon comme ça….Je gère ! Dans ma tête, j’étais couchée, pas trop inconfortable encore ce qui me permettait de me reposer un peu entre les contractions, je ne voyais pas trop ce qu’il pouvait faire de plus.

 

A 14h30, je décide d’aller prendre un bain car les contractions deviennent difficiles à gérer en restant allongée au lit. Le bain me soulage bien au départ, mais rapidement ça devient de plus en plus fort.

 

Vers 15h15, j’appelle la sage-femme pour lui dire qu’à mon avis ça n’allait pas être pour ce soir mais que ça allait venir avant. A ce moment-là, c’est fort mais je sens que je gère encore plutôt bien. Au téléphone, L. me demande si je souhaite qu’elle vienne vers moi, je ne sais pas, j’en sais rien, je n’arrive pas à réfléchir… Elle écoute deux contractions puis me dit qu’elle me rejoint.

Il devait être 15h25 lorsque nous avons raccroché. C’est à ce moment-là que je ressenti la première contraction de poussée. Je fais un rapide calcul dans ma tête : les enfants finissent l’école à 15h30, le temps que J. les récupère et qu’il rentre ça nous amène vers 15h40…ça devrait juste le faire, non ?!!

 

L. était en route et J. ne peut de toute manière pas arriver plus vite…

 

Mes réflexions s’arrêtent avec l’arrivée d’une deuxième contraction de poussée, plus forte encore que la première. J’ai vraiment senti que le bébé descendait. La troisième contraction me surprend et la poche des eaux éclate… une fraction de seconde de soulagement : Ah fini cette pression désagréable là en bas..

C’était sans compter sur la tête qui est là, droit derrière ! A la contraction suivante, la tête sort dans mes cris. J’ai juste eu le temps de me demander comment me positionner au mieux pour accueillir mon bébé, comment le réceptionner sans que sa tête n’aille cogner le fond de la baignoire. J’étais jusqu’alors à genoux ou accroupie et là je me suis juste relevée un peu en plaçant ma jambe droite en extension.

La dernière contraction d’expulsion ne s’est pas faite attendre, et avec elle, j’accueillais mon bébé sur Terre…(ou plutôt dans mon bain :-D ).

Je ramène mon bébé contre moi, il pleure mais tout va bien, ses réflexes sont bons, sa couleur passe progressivement du violet au rose. Je me sens parfaitement bien, pas de tête qui tourne ou autre signe qui m’aurait questionné sur un problème. Une fois le petit check effectué, j’appelle L. qui s’était réveillée (par mes cris ? par la fin de son sommeil ?). Je lui dit qu’elle peut me rejoindre à la salle de bain.

A ce moment-là, j’ai la présence d’esprit de consulter l’heure pour savoir approximativement l’heure de naissance… Il est 15h37, je déduis les quelques minutes de mon check : 15h34 sera l’heure inscrite sur les papiers de naissance, bien que personne ne puisse savoir avec exactitude…

En voulant déplacer le cordon ombilical qui me gêne, je découvre à mon insu le sexe de mon bébé : une petite fille ! Décidément, elle avait vraiment envie que l’on vive tous ces moments en tête à tête.

Je lui souhaite la bienvenue, oui… Bienvenue au monde petite puce !

L. arrive jusqu’à la salle de bain en faisant des petits pas car elle est encore dans sa gigoteuse. Lorsqu’elle est entre dans la pièce, elle me dit : Oh, est sorti du ventre bébé à maman ! Oh, mais est sale bain à maman… :-D Et oui, mon bain est tout coloré par le sang. C’est vraiment une scène adorable de voir ce regard qu’elle porte sur sa sœur que je tiens dans mes bras, comme si elle était surprise et en même temps qu’elle trouvait ça tout à fait naturel, normal… <3

Mon tout petit bébé montre des signes qui m’indiquent qu’elle veut téter. Je la place alors vers mon sein et elle commence à manger, tout naturellement.

La sage-femme arrive quelques minutes plus tard, il doit être 15h45. Elle vérifie que tout aille bien puis aide L. à enlever sa gigoteuse et sa couche. Peu après, on entend la porte d’entrée s’ouvrir à nouveau, je dis à L. que c’est surement son Papa qui est arrivé. L. descend pour l’accueillir mais c’est en fait M., notre deuxième sage-femme… M. nous rejoint. Ne voyant pas L. remonter, je demande où elle est. M. part à sa recherche et la retrouve dehors, sur le chemin devant notre porte en train d’appeler son papa. M. lui explique qu’il va bientôt arrivé et l’emmène à la cuisine en quête d’un goûter.

Et moi, toujours dans mon bain, mon bébé dans les bras, je commence à me demander pourquoi mon mari n’est toujours pas rentrer alors qu’il est presque 15h55… Je décide de l’appeler : Oui Allo ? T’es où ?? Ben au boulo, me répond-t-il… Tu n’es pas allé chercher N. à l’école ???? Ben non, tu m’as dit que tu gérais…. Oui, mais je parlais de mes contractions !!! …… C’est là que nous comprenons et l’un et l’autre qu’il y a eu un couac dans notre communication et que N. et M. attendent à l’école depuis presqu’une demi-heure.

Je suis empruntée, car je ne veux pas que J. prenne la route en étant stressé, mais en même temps, je ne veux pas lui cacher la naissance de notre bébé, de peur qu’il entende ses bruits au téléphone et se sente d’autant plus stressé.

Je lui annonce donc la naissance : Pis, heu… le bébé est né ! Quoi ??!! C’est une blague ?? Tu me fais marcher ? (J’aurais aimé être une mouche pour le voir changer de couleur :-D ) Il n’arrivait pas à y croire. Il faut dire que ça faisait beaucoup à recevoir d’un coup entre notre fils qui était en attente depuis la fin de l’école + cette nouvelle incroyable…Finalement, c’est L. qui a dû lui dire qu’effectivement le bébé était né, mais que tout allait bien et qu’il pouvait rentrer sans stress. On pourrait se croire dans un film de science-fiction ! C’est en tout cas le sentiment qui nous traverse tous à ce moment-là ! C’est un coup de fil tellement improbable… Sur tous les scénarios que l’on avait imaginé, celui-ci n’en avais jamais fait partie.

N. et M., de leur côté, sont heureusement accompagnés par une amie dont la fille est en classe avec N.. Elle est restée avec les enfants jusqu’à ce que J. arrive.

Vers 16h15, J. passe enfin le pas de notre porte avec N. qui découvre tout ému sa petite sœur.

Nous annonçons le prénom aux enfants et aux sages-femmes : O.

Après ce petit coucou et un petit bisou, J. descend avec N. et L. pour poursuivre le goûter, me laissant avec les sages-femmes pour l’expulsion du placenta.

Nous le rappelons pour qu’il coupe le cordon, puis je sors du bain avec mon bébé et vais m’installer au lit où je suis rapidement rejointe par les deux grands qui sont remplis de douces attentions.

Un peu plus tard, L. et M. effectue les contrôles de routine, puis la mesure et la pesée : 50,5cm pour 3,430kg.

Dans le ciel, de magnifiques arcs-en-ciel se chevauchent…. Une jolie note poétique pour accompagner cette naissance magique !

Même s’il est clair que dans nos plans de naissance nous aurions aimé vivre ce moment ensemble, J. et moi savons que tout ceci est juste et que c’est ainsi que devaient se déroulées les choses. A croire que cette petite demoiselle a attendu ce moment précis et court où N. était à l’école, son Papa au travail et L. à la sieste pour venir au monde... Un moment particulier en tête-à-tête avec sa Maman, un moment pour faire naître la complicité et la confiance entre elle et moi!

Merci la vie pour cette belle aventure qui se poursuit aujourd’hui depuis 6 mois.... Joyeuse demi-bougie ma Minipuce!

Please reload

© 2015 by Aly Douli Doula Mamma