Profil
Chercher par Tag
Suivez-moi
  • Facebook - Grey Circle

Analyse des étapes holistique de mon AVAC à domicile

La semaine passée, j’ai passé 4 jours en formation quantique avec la fameuse et incroyable Whapio, Diane Bartlet. Whapio a été sage-femme maïeutique aux USA de 1980 à 2001. Elle travaillait essentiellement auprès de familles désirant des naissances à domicile. Elle leur a appris comment se faire confiance et comment laisser la naissance se dérouler sans interférence. Elle les entourait principalement d’une présence « nourrissante » telle que peut le faire actuellement une doula. Elle a alors cessé son activité active de sage-femme et a commencé à former les femmes. Bref, une femme avec une expérience incroyable!

Cet article s’adresse peut-être, pour une fois, davantage aux personnes ayant un bagage  de connaissances du monde la naissance mais je reste convaincue qu’il peut également toujours apporter un nouveau regard à toute personne s’intéressant fraîchement au monde de l’accouchement. Ou à celles qui désirent accoucher physiologiquement tantôt. 


Je vais donc tenter d’analyser mon dernier accouchement selon les étapes holistiques de la naissance puisque c’est le seul qui a été naturel et physiologique du début à la fin. Je vais également observer à quel état altéré, cérébral, je pouvais me situer.



Une naissance suit plus ou moins une procédure connue. D’une vision médicale, la naissance se fait en 2 phases. Globalement,  la première commence avec un éventuel pré-travail, un début de travail (1-3cm de dilatation), une phase active(4-7 cm de dilatation), une désespérance (8-10 cm). Puis une 2ème phase; celle de la poussée.


Je vais donc au travers de mon accouchement vous présenter les phases holistique de la naissance. 


Embarquement ( Pré-travail)

Depuis 36 semaines de grossesse, commence une série de faux travails. Des fausses alertes, des fausses joies, systématiquement tous les 2-3jours. Je dors de moins en moins, mon corps se fatigue petit à petit. J’ai envie que ma maison soit propre, rangée. Chaque jour, je m’enfonce dans une brume où je ne souhaite plus voir personne. Chaque téléphone m’agace. Chaque message m’agace. Les sollicitations externes m’agacent. J’annule quasiment systématiquement tous mes engagements. Je reste juste dans ma maison, avec les miens. Je me sens m’éloigner aussi de P. C’est pas fort, mais c’est un éloignement spirituel qui me dérange et me rend triste. Je ne le lui en parle pas. Je m’éloigne également de ma sage-femme. Je ne désire pas qu’elle me « sente » ou que potentiellement elle puisse douter de moi.

Je crois que je bloque psychologiquement la naissance. Je deviens frustrée comme un enfant à qui on donnerait un cadeau avec de nombreuses contractions rapprochées, qu'on laisserait déballer un peu et qu'on retirerait ensuite avec l’arrêt de celles-ci!


Je suis encore dans mon cerveau Beta. J’analyse. Je me questionne. Le 11 octobre, à 38 sa de grossesse, j'ai un pressentiment, je sens que cela va se passer bientôt Car suite à un téléphone avec une maman ayant vécu un AVAC à domicile, des craintes sont parties. Des mots qui résonnent en moi, me rassurent et agissent je le sens sur mon mental. Je lâche ou je rassure une partie de ce fameux cerveau qui a besoin de tout comprendre, tout rationnaliser. Je rassure mon Beta. Et je lâche quelque chose.


Suite à ce téléphone je ressens mon cerveau Alpha qui démarre, j’ai un grand besoin de me retrouver avec l'homme, nous décidons de faire une mini ascension d'un sommet de la région. Au retour, je suspecte une légère fissure mais pas plus certaine que cela Avec les pertes vaginale de fin de grossesse.

Le soir, je ressens le besoin de sortir de chez moi, d'aller marcher,mon cerveau Alpha est en marche à fond la caisse. Je le connais bien en plus celui-là.  Je me dirige sur un chemin où en haut de la colline, m'accueille madame la lune. Je rêve les yeux ouverts! Elle est énorme de cet endroit-ci. C'est impressionnant! Je ressens comme un lien qui l'uni à moi.... comme si un contrat se passait avec elle, moi et mon bébé. Je redescends chez moi apaisée car je sais que c'est pour bientôt cette fois, la lune me l’a promis « C’est pour demain ».  


A 3h du matin 2 énormes contractions me réveillent. A ce moment là, je sais. C'est pour aujourd'hui! Je le sais. Mon beta se remet en place l’espace de quelques heures.  Je réveille l'homme et lui demande d'annuler ses rdv de la journée. A 5h, j’appelle ma meilleure amie qui doit être présente à l'enfantement, et lui dit de venir gentiment. Je n'ai eu que 2 contractions violentes isolées et plus rien du tout  mais je sais que c'est pour aujourd'hui, la lune me l’a dit. Habitant à 1h de route sur un trajet très fortement fréquenté le matin, je préfère qu'elle soit là plus tôt que trop tard, c’est important pour moi de lui offrir ça.





A 6h, toujours dans mon Beta, C ma meilleure amie arrive. Il n'y a pas grand chose qui se passe de mon côté..... A dire vrai, il y n'y a pas encore de contractions régulières.1 par-ci 1 par là, qui ressemblent au faux travail habituel. Je commence à douter de moi. Est-ce que je ne me suis pas trompée et que j'ai fais venir C pour rien et fait annuler les rdv à mon chéri pour rien? Puis, je décide de lâcher. Vers 8h, toutes les 20 min, arrivent enfin des contractions qui m'annoncent un pré-travail. Mon Alpha est en route à nouveau. Je suis dans mon corps. Mes ressentis. C et P me massent à tour de rôle. C prend déjà qq photos, on prépare un feu, on allume les bougies, on prépare la tisane d'accouchement.On rempli tranquillement la piscine.


Acclimatage - Fast Hills

A 9h j'appelle ma sage-femme pour l'avertir que "je pense" que c'est pour aujourd'hui. Mais les contractions sont toutes les 10-7 min, c'est pas encore le moment mais je sais que c'est un pré-travail et non un faux travail. M, me dit alors venir dans 1h30. A partir du moment où je raccroche le téléphone, les contractions se rapprochent au 7 min cette fois. C’est comme si de la savoir prête à venir ( car elle avait eu une naissance durant la nuit) je pouvais lâcher encore plus mon Alpha. A 11h, M arrive, les contractions se sont régularisées et intensifiées aux 5 minutes mais je sais que c'est pas assez fort pour être en travail. Je l'espère mais je doute fortement.




M fait un touché vaginal, je suis à 2cm. En effet, ça démarre mais pas encore en travail. Pendant 2h nous allons prendre des positions de suspension entre elle et mon chéri afin d' aider bb a appuyer sur le col. ça fait plus mal mais c'est pas suffisant et je le sais. Je sens aussi que je me fatigue. Ces 3 sem de faux travail m'ont plus fatiguée que prévu. Marre de ressentir ces contractions et que cela n'agissent pas. M examine à nouveau et aucun changement; la poche des eaux bombe, il reste un bourlet de col. Elle me propose de rompre la poche afin que cela démarre. J'accepte car je ne vais pas rester ainsi indéfiniment. Je sais aussi qu'une fois rompue, les contractions devraient vraiment devenir difficiles mais tant pis.




Le Voile

A 13h, M me rompt la poche. Et quasiment instantanément les contractions cette fois s'établissent très rapprochées et très intenses. On y est, cette fois le travail est lancé! J’entre dans le vortex! J’entre dans la piscine, je ressors, j'entre à nouveau. Impossible de me sentir bien nulle part et dans n'importe quelle position. Ce fichu col me fait tellement mal..... L'eau atténue un peu je décide donc de rester dedans. Mon chéri ne me quitte pas. Il m'enlace, me veille, me caresse. M non plus, elle est là, et masse mes reins, me caresse....me parle.....





Sur la montagne

Je sens la peur m'envahir gentiment. Je sais pars cette fois dans Tetha. Je me vois tourner dans cette piscine, de haut. Je me sens dans un monde étrange. Ici sans l’être. Je n’arrive pas concevoir la descente de mon bébé. Le passage...Et puis, je jvois ma grand-mère décédée sur mon lit assise. Elle est là, calme, assise les mains que je connais si bien posées l’une sur l’autre sur ses genoux à me regarder. Elle ne parle pas mais je l’entends en moi qui me dit que tout est parfait. Tout est normal. ( je décide de vous en parler, je ne l’avais dit qu’aux personnes proches car je sais combien cela peut paraître haut perché, et déconnecté avec les valeurs de notre société).

Je n'ai comme plus envie que mon bébé sorte. Je veux rester dans les bras de mon chéri aussi, être comme nous sommes maintenant dans cette piscine, et rester les 2, in love pour toujours. Etre son unique petit bout de femme, ne veux pas perdre ma place. Mais c'est trop tard je dois bien l'admettre.